C’est lors d’un voyage à Reykjavik, capitale de l’Islande, que j’ai découvert le fabuleux travail de Guido van Helten.

Né en 1986, cet artiste australien y a fait une résidence en 2013 et 2014, d’où la profusion de ses œuvres dans cette ville. Son travail est immédiatement reconnaissable, c’est un maitre du détail.

Connu pour ses immenses peintures murales très réalistes, ses peintures sont le reflet des pays qu’il visite et surtout des personnes qu’il rencontre. Ses portraits ornent les murs du monde entier. Du Mexique au Groenland, en passant par Tchernobyl, je crois qu’il ne manque que la France à sa collection… !

Son œuvre « Brim Silo Art project », en photo ci-joint, était finaliste du Sulman Prize en 2016. Il a peint les portraits de figures locales sur 6 silos de 30 mètres de hauteur.

Son travail illustre les luttes pour réconcilier l’identité communautaire, à une époque d’immense pression économique et de changement climatique, en rendant les gens à la fois centraux et périphériques (présents et absents). Utilisant comme modèle le style documentaire de la photographie de rue humaniste, la technique de l’aérosol translucide donne un sentiment de fantaisie. Les résultats sont des manifestations transitoires, profondément liées à l’emplacement choisi et à la présence réconfortante dans le paysage.

Plus d’infos sur http://www.guidovanhelten.com