Organisée chaque année par le Centre Culturel Una Volta, « BD à Bastia » n’est plus à présenter.

Du 4 au 7 avril, ce sont 4 jours dédiés à la bande dessinée et à l’illustration avec une quinzaine d’expositions originales, des rencontres/débats avec les auteurs, des ateliers jeune public, des spectacles et des projections.

BD à Bastia est donc resté fidèle à ses nombreux programmes de rencontres et de visites guidées avec également la mise en place d’une librairie éphémère ainsi que l’organisation du prix du livre des lycéens.

Le thème de cette 26ème édition ? L’Archipel, l’île.

L’Archipel prend ici différents aspects, formé d’îles diverses tant réelles qu’imaginaires, passant du récit d’aventure aux faits historiques, divaguant entre le récit utopique et la fiction.

Chaque auteur nous fait découvrir à travers son histoire, ses illustrations des ambiances et univers différents qui nous transportent mais également nous interrogent, parfois même de manière ludique.

Des expositions rétrospectives sur le travail d’auteurs ayant marqué l’année 2018 ont été mis en exergue, comme l’exposition Brecht Evencht, mais aussi sur l’auteur Néjib et sur Cyril Pedrosa qui signe la troublante et belle affiche de cette édition.

Cette année encore, le festival a accordé une place importante à des auteurs dont le travail, certes discret, est pourtant remarquable avec également de jeunes auteurs mis à l’honneur.

Una Volta, quartier général, lieu d’exposition et d’émotions, s’est transformé durant ces 4 jours en une machine à voyager dans le temps, permettant à tous d’exploiter une immensité de petites îles, îles certes toutes différentes mais liées par ce lien de création et de partage.

« Voir l’île comme un concept philosophique » précise Juana Macari directrice du centre culturel et de BD à Bastia.