Pour la deuxième année consécutive, la Fondation Abbé Pierre organise la remise des Pics d’Or au théâtre de l’Atelier de Paris.
La Fondation créée en 1987 est membre du Comité de le Charte du Don en Confiance. Son rôle est d’agir pour permettre à toutes personnes défavorisées d’accéder à un logement décent et une vie digne. Pour se faire, elle met en œuvre plusieurs actions :
– Lutter pour l’accès au logement
– Accueillir et orienter les personnes en difficulté
– S’insurger contre toutes formes d’injustice et de discrimination dans le logement
– Participer au débat public
Afin de médiatiser leur soutien aux personnes sans-abris, la fondation met en scène une remise de prix ironique qui vise à récompenser les « meilleurs » dispositifs anti-SDF dans les villes françaises. Pour la deuxième année consécutive, la fondation avait fait appel à plusieurs personnalités médiatiques engagées dont les humoristes Guillaume Meurice et Blanche Gardin, ou encore Aïda Touihri, maitresse de cérémonie.
Plusieurs catégories sont mises en avant : « Fallait oser », « Faites ce que je dis, pas ce que je fais », « Ni vu ni connu », « Le Clou », « Bouge de là » et « C’est pas mieux ailleurs ». Lyon, Paris, Toulon… Plusieurs villes ont été pointées du doigt par la fondation, qui dénonce un problème sociétal. Selon l’organisation, l’État, les collectivités, les entreprises, commerçants ou encore riverains usent de « moyens inhumains » pour empêcher les plus démunis de s’abriter et les « invisibilisent » en les éloignant des centres-villes et, finalement, des regards.
Afin d’illustrer cette agressivité, Artempo a réalisé un trophée en béton, représentant la froideur de la rue, recouvert de picots dorés. On retrouve l’ironie dans cette pièce d’apparence « luxueuse », visant à dénoncer l’agressivité contre les personnes défavorisées.