Ancienne fonderie Fabre construite en 1870 et située dans les Hautes-Pyrénées, « The Foundry » s’est transformée depuis 2014 en lieu artistique et expérimental libre.

4 500 mètres carrés, dont 2 000 mètres carrés pouvant servir pour des expositions, le reste étant réservé aux ateliers et aux résidences d’artistes préparant leurs expositions.

A la tête de ce projet, l’artiste Russe AndreÏ Molodkin, en collaboration avec la fondation londonienne A/Political, afin de créer un espace où l’artiste peut s’exprimer librement.

Sans censure.

En effet, pour Molodkin, il y a de nombreux artistes qui n’arrivent pas à réaliser leurs projets pour différentes raisons, qu’elles soient commerciales ou politiques.

Qu’un artiste soit célèbre ou non, de nos jours la censure est omniprésente, notamment avec l’effet de mode, le courant à suivre.

The Foundry, se décrit, et se ressent, comme un lieu atypique, mystérieux qui dégage une aura bien particulière, loin de la pression commerciale.

Apportant aux artistes un sentiment de libre expression et de liberté de soi, avec en plus un véritable confort artistique cet atelier, lieu d’exposition se définit viscéralement hors du marché de l’art.

Le travail des différents artistes est centré sur des sujets sociétaux et politiques.

L’objectif est de concevoir en toute liberté des œuvres, souvent impressionnantes, qui font réagir, frissonner et qui quelques fois peuvent déranger.

Le premier artiste à investir les lieux est Santiago Sierra en collaboration avec Jens Haaning avec Tired of this global sadistic regime.

Andrei Molodkin, a créé cet espace privé afin d’y montrer des œuvres qui pourraient être considérées comme politiquement incorrectes, sans que l’on puisse pour autant interdire leur présentation.

Artiste conceptuel réputé pour ses tableaux au stylo à bille et ses sculptures emplies de pétrole, Andrei Molodkin a connu l’année même de l’ouverture de The Foundry, la polémique d’une de ses œuvres les plus controversées « Immigrant Blood », qui représente la figure de la Marianne remplie de sang de demandeurs d’asile.

Mêlant pétrole et sang dans ses œuvres, Molodkin créé un véritable univers artistique, tout en délivrant un message fort.

The Foundry permet de sortir de notre zone de confort et de revenir à la racine même de l’art.

L’art libre, l’art en tant que moyen d’expression.