Les 1ers Trophées elles de France ont récompensé, le 14 novembre dernier, au musée du Quai Branly Jacques-Chirac, devant près de 500 invités, des Franciliennes qui contribuent au rayonnement et à l’attractivité du territoire francilien.

6 « femmes franciliennes qui contribuent au rayonnement et à l’attractivité du territoire francilien » ont été distinguées à cette occasion : 5 par un jury d’experts et 1 par les internautes.

Présente lors de cette soirée, Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, a considéré cette démarche comme « un prix contre l’autocensure » :

Être une femme francilienne, c’est concilier le travail, la vie familiale et personnelle… et parfois les transports. En Île-de-France, il faut qu’on aide les femmes à réussir, à s’en sortir, à s’émanciper. C’est une chance d’être une femme en Île-de-France : éducation, innovations, figures exemplaires et dispositifs de 2e chance sont porteurs. L’Île-de-France est une terre de tous les possibles pour toutes les femmes »

Les catégories et lauréates :

  • Le prix de la solidarité à Élise Boghossian, fondatrice de l’organisation non gouvernementale EliseCare, créée en 2002. Une initiative qui agit en faveur d’une plus grande cohésion sociale, de la réussite et du respect d’autrui.
  • Un prix également décerné à Awa Ba, l’auteure du livre Polygamie la douleur des femmes. Elle a décidé de fonder l’association En Finir Avec la Polygamie (EFAPO),pour protéger et informer les femmes victimes de mariages polygames contractés en Afrique
  • Le prix de l’innovation à Claude Terosier, fondatrice de Magic Makers, pour apprendre aux enfants la programmation. Une femme qui a pris le risque de se lancer pour faire avancer la recherche et s’adapter aux évolutions de notre société.
  • Le prix de la création à Houda Benyamina, lauréate de la Caméra d’or au Festival de Cannes 2016 et de plusieurs distinctions aux César 2017 pour Divines : un film bénéficiaires de deux aides régionales. Une véritable artiste féminine dans toute sa diversité, faisant de l’Île-de-France une véritable terre de culture.
  • Le prix du courage à Diaryatou Bah, fondatrice de l’association Espoirs et Combats de Femmes et qui travaille au sein du mouvement Ni Putes Ni Soumises.
  • Le prix Simone Veil, décerné par le public à Ghada Hatem-Gantzer, une gynécologue-obstétricienne franco-libanaise pour sa détermination et son dévouement à défendre une cause.

Artempo, société francilienne, qui promeut la parité, est particulièrement fier d’avoir pu participer à la création de magnifiques trophées en fil de fer sur socle en chêne, réalisés par une de nos collaboratrices, féminine et francilienne elle aussi !

La remise de prix, c’est par ici :

https://www.iledefrance.fr/toutes-les-actualites/video-reportage-lors-de-la-remise-prix-trophees-de-france